Echkenazi Alexandra

Le journal de Mary - Alexandra Echkenazi




Le journal de Mary

 

 


 

Le journal de Mary - Alexandra Echkenazi

Résumé éditeur :
Fin des années 1950, États-Unis. Mary Meyer vit à Langley avec son mari haut gradé de la CIA et leurs trois enfants. Artiste peintre, féministe, pacifiste – elle est fichée par le FBI comme une activiste de gauche –, Mary est à l'affût de nouvelles expériences.
Quand l'un de ses enfants meurt accidentellement, tout s'effondre. Mary décide de s'installer seule avec ses deux garçons dans le quartier de Georgetown, à Washington, où résident toute la classe politique et la haute société. C'est alors qu'elle recroise un certain Jack, rencontré vingt ans plus tôt à l'université, et que naît une passion qui va durer plusieurs années. Mary accepte de rester l'amour secret de cet homme qui ne peut l'officialiser en raison de ses fonctions. Elle est pourtant celle qui agit dans l'ombre, à ses côtés. Celui qu'elle aime meurt à Dallas le 22 novembre 1963. Mary est assassinée un an plus tard au bord du fleuve Potomac. Le journal qu'elle tenait n'a jamais été retrouvé.
LE JOURNAL DU VÉRITABLE AMOUR DE JFK...


Il était une fois un jeune homme charismatique qui tomba amoureux d’une jeune fille au premier regard. Ce roman aurait pu commencer comme cela, mais c’est bien connu « les histoires d’amour finissent mal en général » et celle-ci en est le parfait exemple, puisque nous savons tous la date et les circonstances de la mort du beau jeune homme.
Ce que nous ignorions, c’est qu’il n’était pas le coureur de jupons invétéré que nous pensions, enfin si, mais il avait aussi un cœur et celui-ci était exclusivement réservé à une jeune femme, Mary Meyer.

Alexandra Echkenazi se base sur des faits réels et nous offre une très belle, bien que très malheureuse, histoire de deux êtres qui s’aiment, mais qui ne trouveront jamais le bonheur qu’ils attendent.
Lui parce qu’il se retrouve piégé à une place qu’il n’a pas désiré et elle parce qu’elle a dû attendre qu’un atroce événement lui « ouvre » les yeux.
Tout au long de cette relation, Mary tient un journal où elle raconte sa vie d'avant, sa rencontre avec un jeune homme qui deviendra le plus connu des présidents américains, ses visites à la maison blanche, ses conversations/confrontations, brèves et glaciales, avec la première dame, tous ces secrets que, dans l’ombre, on ne veut pas voir s’ébruiter.

On alterne entre passé et présent, l’auteur nous brosse le portrait d’une femme attachante, car oui, Mary est touchante, gentille, on arrive même à lui pardonner d’être la maîtresse du mari de Jackie Kennedy qui reste encore maintenant comme la femme forte et bafouée du coureur de jupons, on en arrive même à voir la première dame comme une femme froide et assoiffée de pouvoir.

Et puis il y a les lettres. Ces lettres que l’on découvre au fur et à mesure des chapitres, qu’on aime à penser être réelles tant elles sont belles, amusantes, on devient les spectateurs d’une histoire d’amour, on a envie de les prévenir que la fin approche, que leurs beaux rêves de bonheur ne se réaliseront jamais, c’est peut-être ce qui fait qu’on se retrouve aussi démuni devant ce qui va arriver.
Ça et le talent de l’auteur, parce qu’il faut bien l’avouer, Alexandra Echkenazi sait trouver les mots qui nous vont droit au cœur, elle n’en fait pas trop, elle s’attaque à un « mythe » avec beaucoup de pudeur et de respect, utilise des mots simples et sincères.

Avant de commencer ce roman, je n’avais aucune idée de qui pouvait être Mary Meyer, maintenant, je sais qui elle est et jamais je ne l’oublierai.

Et dire que j’ai voulu résister à l’appel de ce roman, mais quelle erreur j’aurais faite !

Le journal de Mary - Parution mai 2016 - Editions Belfond

 Du même auteur sur Plume Libre : Biographie, chronique, interview
 
 



 

Go to top