Mey Louise

Embruns - Louise Mey




Embruns

 

 




 



Embruns - Louise MeyRésumé Editeur :
Béa, Chris et leurs deux rejetons de presque vingt ans sont charmants, sportifs, talentueux et, surtout, ils forment une équipe complice. Voilà une famille qui a le bon goût dans le sang, chérit les matières nobles, les fruits du marché, le poisson jeté du chalutier, la tape amicale dans le dos des braves. Voilà une team unie qui porte haut les valeurs d'authenticité, d'équité, d'optimisme. Les Moreau – c'est leur nom – ne perdent pas une miette de leur existence. Ils sont insupportablement vivants. Et comme le veut l'adage, les chiens ne font pas des chats : Marion et Bastien sont les dignes héritiers de leurs parents. Ils ne les décevront pas. Pour l'heure, tous les quatre se sont réfugiés le temps du pont du 14 Juillet sur une île de Bretagne. Un coin de paradis si prisé qu'il est impossible d'y séjourner sans passe-droit. Mais, même l'espace d'un week-end, impossible n'est pas Moreau. Seulement, quand au retour d'une balade Béa, Chris et Bastien trouvent la maison vide, la parenthèse enchantée prend soudain l'allure d'un huis clos angoissant. La petite île, devenue terrain boueux d'une battue sous la pluie pour retrouver Marion, va révéler un autre visage : celui d'une étendue de terre entourée d'eau où vit une poignée d'individus soudés comme des frères et aguerris aux tempêtes.

L'avis de Delphine :
Un petit week-end en famille, loin de tout, du bruit de la ville, du travail ça vous tente ?
Les Moreau aussi vont être tentés, au point même de ne pas laisser passer l’occasion, juste le temps de boucler leurs valises et voilà Béa et Chris, accompagnés de leurs deux grands enfants, en route vers une petite île de Bretagne.

À lire comme ça, on se demande bien où Louise Mey veut nous embarquer, car juste avant de faire connaissance avec les Moreau et leur vie parfaite, nous découvrons un prologue qui fait froid dans le dos … Dès lors, les questions, qui, pourquoi, comment ne vont plus vous lâcher et le moindre petit grincement de porte va vous faire frissonner.
L’atmosphère devient de plus en plus oppressante, on retient son souffle sans vraiment savoir pourquoi.

L’auteure crée une ambiance sombre et inquiétante et même si, pendant un moment, nous assistons à un joli tableau de famille, petit à petit le vernis se craquelle, de petites choses nous font douter et, surtout, ce prologue revient en boucle dans nos esprits et l’on se demande quand tout cela va basculer. Et vous n’êtes pas au bout de vos surprises !

Embruns est un très bon second roman, Louise Mey change de sujet, de personnages et d’ambiance. On retient son souffle, on passe de l’étonnement à la stupeur pour finir lessivés et complètement retournés par l’aventure que l’on vient de vivre !


L'avis de Montse :
Après un premier polar réussi, Les ravagé(e)s, Louise Mey revient avec un thriller surprenant.
Un premier chapitre qui fait froid dans le dos et pour lequel nous serons dans l’expectative jusqu’à la fin.

Elle nous présente ensuite Les Moreau, un couple avec deux grands enfants, une famille idéale. Les parents sont beaux, charismatiques et amoureux comme un premier jour. Quant à leurs enfants, les rapports qu’ils entretiennent entre eux et avec leurs parents sont idylliques. Bref, une famille aisée et parfaite qui peut faire pâlir d’envie.
Les voilà partis tous les quatre pour un week-end prolongé sur une petite île bretonne afin de déconnecter.
Le séjour commence sous les meilleurs auspices et le lecteur finit par se demander où Louise Mey veut nous emmener. Jusqu’au moment où Marion disparaît…

A partir de là, autant vous prévenir, vous n’arriverez plus à lâcher ce livre. A coups de chapitres courts et de révélations plus fracassantes les unes que les autres, Louise Mey vous scotche complètement à son récit. Elle est vraiment très forte à ce jeu-là.

Ce serait criminel d’en dire plus mais sachez que vous n’êtes pas au bout de vos surprises et la fin est à la hauteur de la tension qui plane sur cette histoire.

Avec Embruns, Louise Mey confirme son talent pour nous livrer des récits rythmés qui vous baladent de belle manière.


Embruns, parution mai 2017 - Éditions Fleuve Noir

 

Go to top