Dazieri Sandrone

Tu tueras l'ange - Sandrone Dazieri

 

 

Tu tueras l'ange

 







Tu tueras l'ange - Sandrone Dazieri

4ème de couverture : Lorsque le TGV Milan-Rome arrive à quai, la police fait une macabre découverte : tous les passagers de la classe affaires sont morts. Si les premiers indices orientent l’enquête vers un attentat, la commissaire adjointe Colomba Caselli, muscles d’acier et âme fragile, a de sérieux doutes. Pour elle, seul Dante Torre, l’« Homme du Silo », est capable d’y voir clair dans ce brouillard de mensonges et de fausses pistes. Très vite, ils découvrent que ce massacre n’est que l’énième épisode d’une longue série de carnages, sur laquelle plane l’ombre d’une mystérieuse figure féminine. Elle ne laisse aucune trace, juste un nom : Giltiné, l’ange lituanien des morts.

Avec Tu tueras l’ange, Sandrone Dazieri reprend ses personnages de Tu tueras le père qui nous avaient tant marqués.
Le temps s’est écoulé depuis l’affaire du « père ». Colomba a repris du service dans la police mais son comportement reste imprévisible.
Dante, quant à lui, a toujours de lourdes séquelles de son enfance et il reste hanté par le fait de ne pas savoir qui il est vraiment. Les cocktails de médicaments sont toujours sa meilleure béquille.
Les deux sont restés en contact pendant un temps après l’affaire mais depuis quelques mois, c’est silence radio.

La nouvelle affaire dont va s’occuper Colomba ne va pas lui laisser d’autre choix que de reprendre contact avec Dante afin d’essayer d’y voir plus clair. Commence alors pour eux une quête effrénée qui risque, une fois de plus, de bouleverser leurs vies.

A partir d’une affaire qui semble « simple » Sandrone Dazieri va une fois de plus nous emmener dans une direction totalement inattendue et beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord.
Giltiné, puisque c’est elle dont il s’agit, est un personnage aussi fascinant que dangereux. Les méandres de cet ange de la mort sont profonds et l’auteur va nous les faire découvrir au fil des pages. C’est glaçant !
L’auteur a vraiment un talent fou pour construire des intrigues fouillées et surprenantes aux nombreuses ramifications.

Ses personnages sont l’autre point du fort de ses romans. Le personnage de Dante est d’une rare originalité, son histoire est poignante et le lecteur ne peut que compatir à tout ce qu’il a vécu et à ce qu’il continue de vivre.
Colomba est tout aussi intéressante et le duo fonctionne parfaitement bien.

Et que dire de la fin concoctée par l’auteur ? Elle ne donne qu’une envie, avoir la suite sous la main le plus vite possible. C’est même cruel de laisser les lecteurs dans une telle situation…

Si vous avez aimé Tu tueras le père, n’hésitez pas à vous lancer dans Tu tueras l’ange et sinon, qu’attendez-vous encore pour découvrir cet excellent auteur italien ?


Tu tueras l'ange, parution mai 2017. Editions Robert Laffont - Collection La bête noire
Traduction : Delphine Gachet



 
Go to top