Dionne Karen

La fille du roi des marais - Karen Dionne




La fille du roi des marais

 

 







La fille du roi des marais - Karen DionneRésumé Editeur :
Enfin, Helena a la vie qu’elle mérite ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s’évade d’une prison de sa région, elle mesure son erreur : comment a-t-elle pu croire qu’elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé ?
Car Helena a un secret : elle est l’enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l’aimait aussi… jusqu’à ce qu’elle découvre toute sa cruauté.
Vingt ans après, elle a enfoui ses souvenirs si profondément que même son mari ignore la vérité. Mais aujourd’hui son père a tué deux gardiens de prison et s’est volatilisé dans les marais, une zone qu’il connaît mieux que personne. Malgré la chasse à l’homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n’a aucune chance de l’arrêter. Parce qu’elle a été son élève, la seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé Le Roi des Marais, c'est sa fille.

Le coup de coeur de Delphine :
Avec un titre et une couverture aussi poétique, j'étais loin d'imaginer l'histoire qui allait se dérouler à travers ces pages.

Karen Dionne nous raconte l'histoire d'une petite fille qui a grandi dans les bois, son monde se résume à sa mère qui ne parle pas beaucoup et son père qui lui apprend tous les secrets de la forêt. Ce père, avec qui elle partage tant, est en fait un monstre.
On pourrait parfaitement croire à un conte de fées et, par certains côtés, La fille du roi des marais en est un, mais comme dans chaque conte tout peu basculer d'un instant à l'autre et il n'y a pas toujours de fin heureuse.

L'évasion de son père est l'occasion pour Helena de nous révéler son passé, petit à petit, elle nous livre ce qu'a été son enfance. On est souvent mal à l'aise devant la complicité qui unit la fillette à ce criminel, l'admiration qu'elle a pour celui qui l'emmène chasser, qui lui apprend à tirer, à poser des pièges…
Puis, il y a aussi l'histoire de sa mère, enlevée par un tortionnaire, une gamine de quatorze ans qui a subi la cruauté de son bourreau sans rien faire. Pourquoi n'a-t-elle pas cherché à s'évader, à tuer celui qui lui a volé sa vie ?
Cet homme qui savoure chaque moment qui creuse encore plus l'écart entre Helena et sa mère, comment peut-on rester là tout simplement… Par moments, on ne comprend pas qu'elle ne tente rien mais, au fur et à mesure que l'histoire se déroule, on comprend qu'elle a baissé les bras et qu'à sa place, nous n'aurions, peut-être, pas été plus courageuse.

Helena est une héroïne pas comme les autres, victime de cet homme sans le savoir, elle va nous faire passer par beaucoup d'émotions. J'ai été révulsée devant les punitions, écoeurée par la brutalité de certaines scènes de chasse, mais il m'était impossible de lâcher se livre, j'étais, moi aussi, prisonnière dans cette cabane, observatrice impuissante et souvent déstabilisée par ce qui se passait.

Karen Dionne crée une ambiance angoissante et nous livre un thriller psychologique complexe et tout à fait réaliste et Helena est un personnage que j'aurais beaucoup de mal à oublier.


L'avis de Montse :
Ce livre m’a d’abord attirée par sa sublime couverture et son titre et puis la quatrième de couverture a fini de me convaincre.

J’avoue avoir été perturbée en début de roman car je m’attendais à une intrigue plus classique ce qui n’est vraiment pas le cas avec La fille du roi des marais.

Nous allons faire la connaissance d’Helena au moment où son père s’évade de prison. A partir de là, Karen Dionne a choisi de faire des allers-retours passé / présent.
Helena va partir à la recherche de son père dans les marais car elle estime qu’elle est la seule à savoir comment il fonctionne, celle qui le connaît le mieux.
Au fur et à mesure de sa quête, elle va se rappeler son enfance dans les marais et je dois avouer que ce sont ces passages dans le passé qui m’ont le plus marquée.
Cette petite fille qui, pendant les premières années de son existence, n’a connu que cette vie « sauvage » et qui ne savait rien de ce qui se passait dans le reste du monde, ni même à quelques kilomètres de son foyer.
Ces scènes sont parfois touchantes, parfois très cruelles mais ce qui est sûr, c’est que la nature perverse de son père nous frappe de plein fouet à chaque fois.
Elle va également nous raconter comment elle a vécu son entrée dans la civilisation, ses difficultés avec les codes sociaux, etc…

Helena est vraiment un personnage à part. Son comportement en début de récit pourra vous faire tiquer mais, peu à peu, son parcours va nous aider à mieux la comprendre. Son enfance dans les marais l’a marquée à vie. Sa psychologie est particulièrement travaillée par l’auteure.

La nature est, bien entendu, omniprésente, de belles descriptions de ces marais nous accompagnent tout au long du livre.

Un roman très noir avec certaines scènes particulièrement violentes qui ne vous laissera pas indifférent.


La fille du roi des marais, parution mars 2018 - Éditions J.C. Lattès

 

Go to top