Persson Giolito Malin

Rien de plus grand - Malin Persson Giolito




Rien de plus grand

 

 




 



Rien de plus grand - Malin Persson GiolitoRésumé Editeur :
La pièce empeste les oeufs pourris. L’air est lourd de la fumée des tirs. Tout le monde est transpercé de balles, sauf moi. Je n’ai même pas le moindre bleu.
Stockholm, sa banlieue chic. Dans la salle de classe d’un lycée huppé, cinq personnes gisent sur le sol, perforées de balles. Debout au milieu d’elles, Maja Norberg, dix-huit ans à peine, élève modèle et fille de bonne famille. Son petit copain, le fils de la plus grosse fortune de Suède, et sa meilleure amie, une jolie blonde soucieuse de la paix dans le monde, figurent parmi les victimes, ainsi que Samir, brillant fils d’immigrés décidé à s’affranchir de sa condition. Neuf mois plus tard, après un battage médiatique qui a dépassé les frontières suédoises, le procès se tient. Mais qui est Maja ? Qu’a-t-elle fait, et pourquoi ?

L'avis de Delphine :
Rien de plus grand commence avec une terrible scène qui va nous hanter tout au long du récit, difficile de faire abstraction de ce moment quand le procès de Maja va s'ouvrir.

J'avoue que je ne m'attendais pas à un roman essentiellement basé sur le procès de cette jeune fille, ici pas de détective usé par le temps, fumant clopes sur clopes, non, juste Maja, face à elle-même, avec toute sa colère.
Coupable oui, mais à quel niveau, comment s'est-elle retrouvée à tenir une arme et à tirer sur des personnes qu'elle connaissait ? C'est ce que va nous expliquer Malin Persson Giolito.

Dans un récit à la première personne, Maja va revenir tout au début de sa relation avec Sebastian, quand ils n'étaient encore que deux enfants, son amitié avec Amanda, sa relation ambigüe avec un autre élève, sa vie de famille, les cours dans cette école favorisée où se côtoient différentes couches sociales. On pourrait penser qu'être gosse de riche facilite grandement la vie, mais l'auteure gratte sous le vernis et nous montre les zones sombres, celles qui naissent et grandissent sans que personne ne le remarque et qui explosent sans prévenir.

J'ai eu des difficultés à m'attacher à Maja, pour ses actes bien sûr, mais également pour cet air hautain et dédaigneux qu'elle affiche, puis, petit à petit, mon regard a changé. Sans lui trouver d'excuses, j'ai pu comprendre que ce qu'elle vivait était beaucoup trop difficile pour une jeune fille de son âge. Au fur et à mesure que le récit avance, on découvre qu'elle était beaucoup plus qu'une petite amie pour Sebastian, à la fois garde-fou, psychologue, mais également son père et sa mère, comment pouvait-elle s'en sortir ?

Ce roman est très loin des thrillers bourrés d'action, mais il a provoqué pas mal de questions et de discussions, Maja était-elle coupable ? Pourrait-on la déclarer innocente après ce qu'elle a fait ?

En tout cas, Malin Persson Giolito a réussi à rendre captivant un roman qui traite de sujets difficiles à aborder.



L'avis de Montse :
Le début du roman peut paraître déstabilisant, en effet, il commence lors du premier jour du procès de Maja. C’est d’ailleurs à travers elle que nous allons vivre toute cette histoire. Ses sensations et sentiments pendant le procès vont nous accompagner pendant tout le récit et c’est au fur et à mesure que nous allons apprendre de quoi elle est accusée exactement.
Des flashbacks vont nous révéler ce qui s’est passé avant cette fusillade et tenter de nous expliquer ce qui a pu engendrer cette situation.
Pendant tout le livre, le lecteur va se retrouver sur le fil du rasoir concernant le personnage de Maja, coupable ou innocente ? Quels sont les faits ? Que croire ?

Ce roman pose également le problème du mal-être d’une certaine jeunesse. Que l’on soit issu de classes sociales défavorisées ou de familles très aisées, la réussite ou l’échec peut être similaire. C’est une évidence, mais être né avec une cuillère en argent dans la bouche ne mène pas forcément au bonheur et à l’épanouissement. L’amour et l’attention des parents sont les plus grands atouts pour le développement d’un enfant.

Malin Persson Giolito ne prend jamais partie dans cette histoire, elle nous présente aussi bien les arguments de l’accusation que ceux de la défense. Le lecteur, lui, ne sait pas trop sur quel pied danser. Bien entendu, vous finirez par vous faire une idée mais quand le verdict tombe, vous resterez tout aussi tiraillé.

Peu avant la fin du roman, Maja prend directement le lecteur à partie, ces passages sont vraiment puissants et nous ébranlent d’autant plus.

Après un début un peu déroutant, on se passionne complètement pour l’histoire de Maja et de ses amis et surtout on a vraiment envie d'en connaître l'issue. 

Une histoire très forte qui fait écho à l’actualité et qui vous donnera à réfléchir une fois les dernières pages tournées.


Rien de plus grand, parution mars 2018 - Éditions Presses de la cité

Traduction : Laurence Mennerich




 
 

 

Go to top