Auerbach Dathan

Bad Man - Dathan Auerbach




Bad man 

 

 



 

 

Bad Man - Dathan Auerbach

Résumé Éditeur :
On dit que, passé quarante-huit heures, les chances de retrouver une personne disparue sont quasi nulles. Deux jours pour ratisser les bois alentour, frapper à toutes les portes, remuer ciel et terre. Passé ce délai, l’espoir n’est plus permis. Eric, trois ans, a disparu il y a cinq ans. Peu à peu, les affichettes ont jauni, les policiers se sont désintéressés de l’affaire, la vie a repris son cours dans cette petite ville désaffectée de Floride. Pas pour Ben, le grand frère de la victime. Qui ne s’est jamais remis du drame. Qui a vu sa famille sombrer. Mais qui n’a jamais cessé ses recherches. Recruté en tant que magasinier de nuit dans le supermarché même où Eric a disparu, Ben sent que les lieux ont quelque chose à lui révéler. Quelqu’un sait où est son frère, une personne qui prend un malin plaisir à se jouer de lui. Qui ? Le directeur qui n’a jamais collaboré à l’enquête ? Ses collègues auxquels il a accordé trop vite sa confiance ? Mais il y a plus que ça, une présence impalpable, diffuse, qui brouille ses pensées… Qui est ce bad man dont l’ombre inquiétante plane sur la ville ?


Un enfant qui disparaît, son frère qui refuse d'y croire, voilà l'un des pires cauchemars que l'on puisse vivre.
Il règne à l'intérieur de ce roman une drôle d'atmosphère, annoncé comme un thriller psychologique, je n'ai pas ressenti la moindre crainte et, pourtant, il y avait de quoi, traîner dans un supermarché toutes les nuits, explorer les recoins lugubres et côtoyer des personnages assez inquiétants, voilà ce que l'on fait tout au long de ces 445 pages.

Étrange, c'est le mot qu'il faut pour décrire le personnel de ce magasin, ils évoluent et parlent de façon déconcertante, comme si nous étions dans un rêve, on pourrait se croire devant note télé à regarder les vieux épisodes de Twin Peacks, une série où on ne comprenait pas grand chose, mais qui nous a captivés jusqu'à la fin. Oui, c'est là même chose ici, on part un peu dans tous les sens, des événements inexpliqués, des accidents, des découvertes étranges, mais tout ça raconté avec une lenteur qui a du mal à conserver notre attention.

Heureusement, il y a Ben, personnage aussi bizarre que les autres, mais avec tellement de mal-être au fond de lui qu'il ne peut nous laisser insensible. C'est pour lui que je suis allée au bout de ce roman et aussi pour savoir ce qui était arrivé à Eric tout en espérant que la fin allait me laisser bouché bée et rattraper un peu l'ennui que j'ai eu tout au long de l'histoire. Mais là aussi, c'est tombé à plat.
Des explications que l'on comprend difficilement qui rendent ce passage presque loufoque et ça gâche la “mayonnaise” qui n'a vraiment pas prise avec moi.

Habituellement, j'aime ce genre de romans où l'intrigue joue plus avec les émotions (peur, empathie etc …) que sur l'action, mais, j'ai rarement été aussi détachée d'une histoire, même le style fluide et agréable de l'auteur n'a pas réussi à remonter la barre.

Bad Man - Parution février 2019 – Editions Belfond 
Traduction : Nadine Peronny 


 Du même auteur : Biographie, chronique, interview
Go to top