Zusak Markus

Le Pont d'argile - Markus Zusak




Le Pont d'argile 

 

 


 

 

 

Le Pont d'argile - Markus Zusak

Résumé éditeur :
Il était une fois la merveilleusement loufoque famille Dunbar... Chez les Dunbar, on vit un joyeux bordel : sans parents, sans règles et entouré d'animaux. Cinq frères dont le quotidien n'est que fourberies, défis en tout genre, et coups de coeur. Mais aujourd'hui, le père qui les a abandonné revient avec une demande étrange : Lequel de ses garçons acceptera de construire un pont avec lui ? Tous s'indignent, sauf Clay, le fils du milieu, le plus fragile. Mais pourquoi accepter cette main tendue d'un père qui est parti ?


Markus Zusak n'est pas l'auteur de dizaines de best-sellers, non, il est juste l'auteur d'un des plus beaux romans de ces vingt dernières années. Son style est inimitable, plein de justesse et de poésie, il arrive à transformer une histoire ordinaire en merveilleuse saga familiale qui vous prend aux tripes et vous remplit d'émotion.

Le pont d'argile est avant tout l'histoire de Clay, l'un des fils Dunbar, le plus discret, mais c'est aussi celui qui renferme le plus de secret, celui à qui on se confie et qui est attentif à toutes les petites choses qui font la vie de ceux qui l'entourent.

J'avoue avoir été un peu perdue au début du roman, qui, quoi, comment, on ne comprend pas tout de suite qui nous raconte cette histoire et qui sont tous ces personnages les uns pour les autres. Quelques chapitres qui nous permettent de faire connaissance avec les cinq frères, de découvrir leurs caractères, mais aussi cette immense blessure que leur a infligé celui qu'ils surnomment "l'assassin".
Puis Pénélope arrive et d'intéressante, l'histoire devient passionnante, on dévore les chapitres les uns après les autres, le narrateur voyage dans le temps pour nous raconter la vie avec elle, toutes ces petites choses qui font la vie des familles nombreuses.

Zusak s'attarde sur des événements qui semblent sans importance, des sourires, des regards, mais tout cela fait que l'on trouve très facilement une petite place au sein du foyer Dunbar.
Tout au long du récit, Michael, le narrateur, revient sur les hauts et les bas qui les ont menés un jour au pied d'un pont, tout est décrit avec tellement de sensibilité qu'on croit à chacune de leurs disputes (et elles sont nombreuses.), leurs larmes nous touchent, les personnages secondaires sont si attachants qu'on a l'impression de les connaître depuis toujours.

Le pont d'argile s'inscrit dans la ligne des grands romans épiques qui se lisent d'une seule traite et nous donnent l'impression, une fois le livre terminé, de repartir le coeur gonflé d'émotions.

Le Pont d'argile, parution mars 2019 - Editions Calmann-Lévy
Traduction : Philippe Loubat-Delranc


 Du même auteur sur Plume Libre : Biographie, chronique, interview

 

 

 

Go to top