Minier Bernard

M, le bord de l'abîme - Bernard Minier




M, le bord de l'abîme  

 




 
 

M, le bord de l'abîme - Bernard Minier Résumé Editeur :
Pourquoi Moïra, une jeune Française, se retrouve-t-elle à Hong Kong chez Ming, le géant chinois du numérique ?
Pourquoi, dès le premier soir, est-elle abordée par la police ?
Pourquoi le Centre, siège ultramoderne de Ming , cache-t-il tant de secrets ?
Pourquoi Moïra se sent-elle en permanence suivie et espionnée ?
Pourquoi les morts violentes se multiplient parmi les employés du Centre – assassinats, accidents, suicides ?
Alors qu’elle démarre à peine sa mission, Moïra acquiert la conviction que la vérité qui l’attend au bout de la nuit sera plus effroyable que le plus terrifiant des cauchemars.


Quel plaisir de voir un auteur prendre le risque de surprendre son lectorat en changeant d'univers.
C'est le pari risqué que Bernard Minier réussit avec brio dans son nouveau roman M, le bord de l'abîme.
Bernard Minier fait une pause, dans son oeuvre, et sa saga Martin Servaz, comme il l'avait fait précédemment avec le roman Une Putain d'histoire.

Cette fois, Bernard Minier change de style pour nous emmener dans un thriller d'anticipation se déroulant à Honk Kong. On navigue au cœur d'une Société, digne pendant des entreprises du GAFA. Les nouvelles technologies sont au cœur de l'intrigue et on est surpris de découvrir que la majorité des innovations de ce roman sont déjà réelles.

L'histoire est remarquablement documentée, le scénario est mené de main de maître par Bernard Minier qui maîtrise avec art le suspense et la psychologie de ses personnages.

Honk Kong ajoute un univers démesuré et oppressant à ce roman qui, une fois fini, continue à vous rendre parano, vous ne regarderez plus les objets connectés qui vous entourent de la même façon.

M, le bord de l'abîme est un thriller brillant de Bernard Minier qui ne cesse de démontrer qu'il est un des auteurs les plus talentueux actuellement.


M, le bord de l'abîme - Parution mars 2019. XO Editions

 Du même auteur Biographie, chronique, interview

 
 
Go to top