Kay Elizabeth

Sept mensonges - Elizabeth Kay




Sept mensonges 

 

 


 

Sept mensonges - Elizabeth Kay

Résumé éditeur :
Tout a commencé par un mensonge. Un tout petit mensonge… Jane et Marnie sont inséparables depuis l’enfance. Et si Jane avait été honnête depuis le début – si elle n’avait pas menti cette toute première fois –, alors peut-être que les choses auraient pu tourner autrement. Peut-être que le mari de sa meilleure amie serait encore en vie. Le temps est venu pour Jane de dire la vérité, enfin… sa vérité. Tandis qu’elle se confie et décortique les sept mensonges qu’elle a racontés à Marnie, chacun plus terrible que le précédent, elle révèle les couches de noirceur qui ont infiltré leur amitié et les secrets toxiques qui remuent sous la surface. Mais une vérité peut toujours en cacher une autre…

La première chose que l’on remarque avec ce livre, c’est son côté super original avec ses intercalaires qui reprennent chacun un mensonge. Il n’y a pas à dire, l’objet livre est somptueux. Bravo à La Bête Noire !

Sept mensonges nous raconte avant tout la superbe amitié qui relie Jane et Marnie, deux amies d’enfance qui ont fait les 400 coups ensemble et ont toujours été très proches l’une de l’autre, très unies et complices.
Comme nous le savons tous, une amitié aussi forte soit-elle, peut-être mise à mal par les aléas de la vie, les rencontres amoureuses, moins de temps à consacrer à son amie, etc…. Mais, en temps normal, rien d’insurmontable.

Dans le cas de Jane et Marnie, tout ne va pas être aussi simple. Le premier mensonge de Jane est totalement anodin. D’ailleurs, pendant les 3 premiers mensonges, c’est des tranches de vie que nous raconte Jane. Son passé, ses amours, ses relations avec Marnie, etc…. Rien de bien folichon (ou presque) et on se demande d’ailleurs où l’autrice veut en venir.
Puis arrive, l’onglet numéro 4 et là le roman prend une tournure glaçante…

Jane a un côté fragile qui s’explique par son vécu, son histoire familiale et personnelle, mais c’est un personnage très ambigu et autant, on peut comprendre certaines de ses réactions, autant, d’autres nous apparaissent totalement démesurées…
Difficile d’en dire plus sans dévoiler trop de choses.

L’amitié est une des plus belles choses de la vie, mais attention comme dans toute relation, la communication et la franchise en sont des piliers et il faut savoir rester à sa place…

Un roman qui me laisse un sentiment en demi-teinte, car certains passages m’ont parus longs et peu captivants, tandis que d’autres m’ont totalement emportés.
Sept mensonges  - Parution juin 2020 - La Bête Noire - Robert Laffont 
Traduction : Axelle Demoulin & Nicolas Ancion

 

 Du même auteur : Biographie, chronique, interview
 

 
Go to top