Giebel Karine













Karine Giebel, votre nouveau roman les Morsures de l'ombre, vient de paraître aux éditions Fleuve Noir. Pouvez-vous vous présenter et nous raconter votre parcours pour arriver jusque là ? (Interview Plume Libre novembre 2007)
J'ai 36 ans, je suis née dans le sud, plus précisément dans le Var où je vis toujours. Scolarité sans histoire, études de droit et petits boulots dans le même temps... Jusqu'à trouver un travail stable, mais pas forcément celui que j'aurais voulu, bien sûr. Quant à l'écriture, elle a toujours été là... C'est une histoire ancienne. Écrire, c'était (et c'est toujours) un remède. Les mots remèdes aux maux, sans doute... Et puis un jour, envie d'aller plus loin, envie d'écrire (et surtout de finir) un roman. Pour moi, pour mon plaisir. C'est vite devenu une dévorante passion. Une sorte de drogue. Ensuite, on se dit : maintenant que le bouquin est fini, pourquoi ne pas le proposer à des éditeurs ? ça semble une suite logique... Ne serait-ce que pour avoir l'avis d'un pro sur ce qu'on écrit. Manuscrit refusé de partout, bien sûr ! Et, la plupart du temps, jamais lu... Mais ça, c'est la règle du jeu, le fameux parcours du combattant ! Ceci dit, ça ne m'a pas découragée, j'en ai écrit un deuxième ; là, Jacky Pop qui dirigeait Rail Noir à l'époque, m'a remarquée et m'a demandé de lui écrire un roman pour sa collection... Terminus Elicius est né et, en 2004, le bonheur d'une première publication m'est tombé dessus...


Terminus Elicius            Meurtres pour rédemption   Les morsures de l'ombre            Collectif - L'empreinte sanglante
                            L'empreinte sanglante - Collectif
Chiens de sang       Jusqu'à ce que la mort nous unisse   Juste une ombre                Purgatoire des innocents
                  Purgatoire des innocents - Karine Giebel
Satan était un ange             De force
Satan était un ange - Karine GiebelDe force - Karine Giebel


 Novembre 2007
 Décembre 2009
 Abécédaire
 L'empreinte Sanglante (collectif)
 Septembre 2017
Le site de Karine Giebel
Go to top