Calmel Mireille






Les Lionnes de Venise

 








Les Lionnes de Venise - Mireille CalmelRésumé Editeur :
Venise, campo Santa Fosca, octobre 1627. Lucia, jeune et espiègle Vénitienne, se retrouve au milieu des flammes qui dévastent la modeste imprimerie familiale. Sous ses yeux, son père est enlevé par trois hommes armés. Qui donc se cache derrière ce crime ? La veille, la magnifique Isabella Rosselli, la plus rouée des espionnes de la cité des Doges, est venue faire reproduire une étrange gravure. Lucia est décidée à percer cette énigme et à sauver son père. Dans une quête effrénée, elle s’immisce parmi les puissants, se mêle au bal des faux-semblants du carnaval, s’enfonce dans les arrière-cours des palais. Une Venise fascinante, oppressante, où le pouvoir se confond avec l’amour, où les étreintes succèdent aux duels et les baisers aux complots.
Dans ces bas-fonds de la cité lacustre, amis et ennemis avancent masqués. Lucia joue de ses charmes, de son épée, de son poignard aussi qu’elle porte au mollet. Elle ruse, croise le fer avec Giorgio Cornaro, le fils du doge, homme corrompu et dangereux, prête à tout pour découvrir la vérité sur cette gravure dont tous, à Venise, sont convaincus qu’elle recèle le secret du pouvoir absolu.


Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu un roman de Mireille Calmel, je ne saurai même pas dire pourquoi…
J’ai donc été ravie de retrouver sa plume enlevée et fluide qui nous prend dans ses filets dès les premières pages.

Avec Les Lionnes de Venise, elle nous propose deux héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux.
Lucia qui semble pourtant avoir été très protégée par son père du monde extérieur va s’avérer des plus coriaces. Son éducation et ses connaissances vont lui permettre de déjouer bien des pièges au moment où son monde s’écroule et où son père se fait enlever sous ses yeux.
Dès le début, elle nous touche et on n’a qu’une envie, la soutenir dans ses aventures.

Isabella est tout le contraire de Lucia. Un peu plus âgée, plus aguerrie aux manigances et à la vie trépidante vénitienne. Même si elle nous paraît plus froide, elle va vite, elle aussi, se montrer sous un jour beaucoup plus attachant.

Les hommes ne sont pas en reste et apportent leur part à toute cette histoire que ce soit dans le beau ou le mauvais rôle. D’ailleurs, le mauvais rôle n’est pas l’apanage des hommes car il y a une femme, que je vous laisse découvrir, qui est peut-être la pire de tous.

Un savant mélange d’aventure, d’Histoire, d’amour, de complots, de manigances, etc… font de ces Lionnes de Venise un roman que l’on dévore et on n’a qu’une envie, c’est d’avoir la suite sous la main (prévue pour la fin de l’année).

A noter la splendide couverture du livre !


Les Lionnes de Venise - Parution mai 2017. Editions XO

 Du même auteur Biographie, chronique, interview

 
 

 

Go to top