Bussi Michel

On la trouvait plutôt jolie - Michel Bussi


On la trouvait plutôt jolie

 

 


 

 

 

On la trouvait plutôt jolie - Michel Bussi

Résumé éditeur :
Du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, en quatre jours et trois nuits...
Un suspense renversant et bouleversant.

" – Qu'est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie. Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie.
– Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l'essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l'un d'eux, l'un d'eux peut-être, échappe au sortilège.
ll ferma les yeux. Il demanda encore :
– Qui l'a lancé, ce sortilège ?
- Vous. Moi. La terre entière. Personne n'est innocent dans cette affaire. "

 

L'avis de Montse :
Qu’est ce que j’aime ces 4ème de couverture totalement énigmatiques qui font que l’on ne sait pas où l’on va mettre les pieds (ou plutôt les yeux) en ouvrant le livre.

De plus, avec On la trouvait plutôt jolie, Michel Bussi sort un peu de ses « schémas » habituels pour nous livrer une intrigue ancrée dans la réalité ce qui lui confère beaucoup de profondeur ainsi qu’une dimension sociale à laquelle il ne nous avait pas habitués.
Sans trop en dire, il traite notamment des migrants, des obstacles qu’ils doivent surmonter pour traverser la Méditerranée et des problèmes rencontrés une fois arrivés sur place.

Ses personnages sont de toute beauté. A commencer par Leyli dont l’histoire est poignante du début à la fin. Une femme totalement dévouée à ses trois enfants avec un passé douloureux mais qui garde son humour.
Nous allons également faire la connaissance d’un duo de flics qui va mener l’enquête sur des meurtres insolites.
Un petit mot également pour Ruben, complètement excentrique, qui apporte beaucoup de fraicheur au récit.
Et puis tous les autres qui laissent leur empreinte dans cette histoire d’une manière ou d’une autre.

Michel Bussi est passé maître dans l’art de la manipulation et de l’illusion.
Alors, certes, une partie du dénouement final se laisse plus ou moins deviner mais il fait tout de même très fort tout du long en nous baladant totalement. A tel point que j’ai cru devenir folle à un moment donné tellement certains faits me paraissaient incohérents avec ce que j’avais compris au cours de ma lecture. J’ai même relu certains chapitres, c’est vous dire… Et, bien entendu, j’en redemande !

Bref, vous l’aurez compris, j’ai adoré ce nouveau roman de Michel Bussi !

L'avis de Taylor :
Le nouveau roman de Michel Bussi traite d’un sujet brûlant : les migrants. On se rappelle tous des images chocs passées en boucle dans les journaux : les canots échoués sur les plages, les gilets de sauvetages abandonnés…..
Leyli est maman de trois enfants : Bamby, Alpha et Tidiane. Elle vient de décrocher un CDI et avec lui l’espoir d’obtenir un appartement plus grand pour offrir à sa famille le foyer qu’elle mérite.

La vie de Leyli n’a pas toujours été rose mais elle s’est accrochée, elle s’est battue pour avoir ce qu’elle a : arriver en France, obtenir un titre de séjour, un travail et le droit de faire venir ses enfants.
Ce personnage est attachant et bouleversant, les enfants également, tous trois ont un caractère bien différent et même si on sait qu’ils vont au devant des ennuis on ne peut que les admirer pour le courage dont ils font preuve.

Au fil du livre, je voyais le mobile se dessiner petit à petit et pourtant l’auteur a su abattre l’arbre qui cachait l’immense foret, j’étais loin de m’imaginer cette fin !
Ce roman est sensible et touchant, j’ai été très émue par l’histoire de tous ces gens qui prennent tous les risques pour avoir une vie meilleure.
Et bien sûr, pendant ma lecture, j’ai eu une douce mélodie au creux de l’oreille : « on la trouvait plutôt jolie, Leyli…… »

Encore une fois, une belle réussite pour l’auteur qui a mis ses compétences de géographe au service de la littérature.

On la trouvait plutôt jolie - Parution octobre 2017 – Éditions Presses de la cité

 

 Du même auteur sur Plume Libre : Biographie, chronique, interview

 

 

 

Go to top