Grimaldi Virginie

Quand nos souvenirs viendront danser - Virginie Grimaldi





Quand nos souvenirs viendront danser 

 

 

 

Coup de coeur



Quand nos souvenirs viendront danser - Virginie Grimaldi Résumé éditeur:

"Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu'en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six : Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline. Quand le maire annonce qu'il va raser l'impasse - nos maisons, nos mémoires, nos vies -, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n'avons plus rien à perdre, et c'est plus excitant qu'une sieste devant Motus". A travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d'amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.
 
Au fil de ses romans, on sent que Virginie Grimaldi écrit avec ses tripes, qu'elle y met beaucoup d'elle ce qui rend ses romans tellement humains.

Dans celui-ci, on suit les aventures d'un groupe d'octogénaires. Ils ont vécu toutes leurs vies impasse des colibris, mais la mairie a décidé de raser les maisons pour y construire une école.

Mais voilà on ne rase pas 60 ans de bonheur, de joie, de drames, de tristesse, bref on ne rase pas 60 ans de vie en un claquement de doigts sans se laisser faire. C'est là que les Octogéniaux entrent en scène. En terme d'actions, ils ne sont pas en peine à coups de moulinets de cannes, de charges de déambulateurs et de....... justaucorps rose.

A travers le récit de Marceline, on suit la vie de tout ce petit groupe et, surtout, on arrive à comprendre leur état d'esprit actuel. Marceline qui est un peu bourrue avec ses proches et ses voisins, sauf envers son Anatole et tous les autres.

Quand il ne reste que les souvenirs à quoi se raccrocher, il faut tout faire pour les préserver et les transmettre. L'amour qui unit Marceline et Anatole est sublime et on ne peut que souhaiter à tout le monde de connaitre un amour si profond et solide.

On rit car les Octogéniaux en ordre de bataille, ça vaut le détour et on pleure sans pouvoir lutter contre les larmes qui viennent toutes seules.

Le final m'a surprise et pourtant il est tellement logique.
Merci Virginie Grimaldi de nous offrir ces belles tranches de vie et vos romans tellement proches de nous. Continuez ainsi, c'est ce qu'on aime chez vous.
Quand nos souvenirs viendront danser - Parution mai 2019 - Éditions Fayard
 

 

 

Go to top