Villain Isabelle

Blessures invisibles - Isabelle Villain




Mauvais genre









Blessures invisibles - Isabelle Villain

Résumé éditeur :
Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d'une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups.
Vingt-trois ans plus tard, l'équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d'une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d'effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L'entourage de la victime est passé au crible, et l'histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

Dans ce roman, Isabelle Villain reprend les personnages de son précédent roman Mauvais genre.
Le groupe du commandant de Lost a du mal à se remettre des terribles évènements qui ont clôturé Mauvais genre. L'ombre du tueur au marteau plane toujours même s'il n'a pas donné signe de vie depuis l'enterrement d'Antoine. Mais une autre affaire sollicite les compétences du groupe : un ancien soldat a été retrouvé à son domicile une balle dans la tête. Il semblerait que ce soit un suicide mais très vite, les enquêteurs s'orientent vers un assassinat.

J'ai retrouvé avec plaisir ce groupe aussi soudé qu'une famille, chacun s'appuyant sur les autres pour tenir le coup, mais c'est surtout le soutien indéfectible des enquêteurs autour de Rebecca de Lost, leur commandant. On peut dire que l'esprit de corps prend tout son sens quand on voit les relations qu'ils entretiennent. Ce sont des personnages profondément humains qui encaissent l'horreur au quotidien mais qui arrivent encore à trouver la force de se lever le matin.

Isabelle Villain a tricoté deux intrigues retorses dont chaque final est maitrisé. La révélation de l'identité du tueur au marteau a, pour moi, été un choc car je n'ai rien vu arriver.

J'espère retrouver ce groupe dans d'autres enquêtes car je n'ai pas envie de les laisser.


Blessures invisibles parution janvier 2020, éditions Taurnada

 

 

Go to top