Garcia Saenz de Urturi Eva

Le silence de la ville blanche - Eva Garcia Saenz de Urturi


Le silence de la ville blanche

 

 


 




 

Le silence de la ville blanche - Eva Garcia Saenz de Urturi

Résumé éditeur :
Quand le passé vient à nouveau hanter une ville…
Dans la cathédrale de Sainte-Marie à Vitoria, un homme et une femme d’une vingtaine d’années sont retrouvés assassinés, dans une scénographie macabre : ils sont nus et se tiennent la joue dans un geste amoureux alors que les deux victimes ne se connaissaient pas. Détail encore plus terrifiant : l’autopsie montrera que leur mort a été provoquée par des abeilles mises dans leur bouche. L’ensemble laisse croire qu’il existe un lien avec une série de crimes qui terrorisaient la ville vingt ans auparavant. Sauf que l’auteur de ces actes, jadis membre apprécié de la communauté de Vitoria, est toujours derrière les barreaux. Sa libération conditionnelle étant imminente, qui est le responsable de ces nouveaux meurtres et quel est vraiment son but ? Une certitude, l’inspecteur Unai López de Ayala, surnommé Kraken, va découvrir au cours de cette enquête un tout autre visage de la ville.

 

L'avis de Montse :
Un des personnages principaux de ce roman est sans conteste la ville de Vitoria en Espagne. On ne peut que remarquer l’amour que l’autrice a pour cette ville et sa région à travers ses descriptions, que ce soit de ses coutumes traditionnelles, culinaires, ses monument ou encore ses légendes. Cela confère une très belle ambiance au roman.

La découverte du « couple » assassiné dans la cathédrale de la ville va mettre toute la ville en émoi. Car ce crime ressemble énormément à ceux de Tasio qui est en prison depuis maintenant vingt ans. Copycat ? Tasio qui tire les ficelles depuis sa cellule ? L’enquête s’annonce des plus compliquées.

Aux commandes de cette quête, Unai, surnommé Kraken, et sa collège Estibaliz sous la direction de la nouvelle sous-commissaire, Alba.
Ces trois personnages vont être au centre du récit d’autant plus qu’ils ont un passé personnel chargé émotionnellement, que nous allons découvrir au fur et à mesure, et certains sont loins de l’avoir surmonté.

De sa cellule, Tasio va également être partie prenante car il propose son aide à Kraken afin de découvrir qui se cache derrière ces nouveaux meurtres.

L’enquête va réveiller de douloureux secrets bien enfouis dans cette ville si respectable. L’autrice nous mène par le bout du nez, nous met sur de fausses pistes, pour ensuite nous laisser bouche bée devant la vérité.

Une très belle découverte !
A noter qu’il s’agit du premier tome d’une trilogie ! Vivement la suite !

L'avis de Taylor :
Coup de tonnerre à Vitoria : deux cadavres sont retrouvés dans la cathédrale dans une position qui n'est pas sans rappeler d'autres meurtres perpétrés 20 ans plus tôt.

Unai va enquêter sur ces nouveaux meurtres et il va bénéficier de l'aide du premier meurtrier alors incarcéré : est-ce un piège ? une manipulation ? ou un appel d'un homme emprisonné à tort ?

L'ambiance dans la ville est très pesante car tous ont le souvenir des meurtres précédents et savent ce qui potentiellement va arriver.

Les protagonistes de l'ancienne affaire jouent plus ou moins le jeu. Bref, l'enquete s'annonce particulirement difficile.

J'ai trouvé le début très lent, très dense aussi, car il faut s'immerger dans les noms très longs des personnages (mais on s'y fait quand même).

La ville de Vitoria est un personnage à part entière, on a vraiment l'impression de se promener dans les rues de la ville tellement les descriptions sont très précises.

L'auteur a su tricoter un intrigue solide et prenante, une fois le premier tiers passé ; le dénouement est vraiment très prenant.

J'ai été surprise par ce roman, je lirais la suite car, à priori, il s'agit d'un premier tome d'une trilogie. J'ai envie de continuer l'aventure avec Unai.

L'avis d'Auryn:
Alors qu'il est en repos, l'inspecteur Unaï Lopez de Ayala reçoit un appel de sa coéquipière lui demandant de la rejoindre sur une scène de crime.
Dans une cathédrale en rénovation, les ouvriers sont tombés sur deux cadavres. Leur position ainsi que la mise en scène rappellent beaucoup une affaire vieille de vingt ans. Le problème, c'est que le meurtrier présumé est toujours derrière les barreaux. L'arrestation de Tazio Ortiz de Zarrate avait d'ailleurs défrayer la chronique à l'époque.
Alors a-t-on à faire à un copycat ou Tazio a-t-il un complice à l'extérieur ?

L'auteur nous embarque au pays basque qui regorge de mystère.
A la veille de la Saint-Jacques, fête traditionnelle à Vitoria, les premiers corps d'une longue série sont retrouvés dans une cathédrale, mettant la brigade criminelle sur les dents.
Cette affaire rappelle beaucoup une vieille enquête dont le meurtrier est toujours sous les verrous. Ce dernier va d'ailleurs contacter l'inspecteur Ayala lui disant pouvoir l'aider... Mais est-ce une vraie aide ou une embrouille.

L'auteur prend son temps pour poser l'histoire, présenter les personnages, créant ainsi une ambiance particulière. D'autant plus que les meurtres ont lieu pendant les festivités religieuses de la ville.
J'ai trouvé l'enquête assez intéressante et plutôt bien ficelée. Les enquêteurs vont avoir fort à faire pour trouver le coupable. Un petit bémol par contre concernant le nom des personnages, on a l'impression de lire le livret de famille à chaque fois qu'un personnage est nommé et ça alourdit le récit.
Sinon, c'est un bon polar malgré quelques longueurs.

Le silence de la ville blanche - Parution septembre 2020 – Fleuve Editions 

 

 Du même auteur sur Plume Libre : Biographie, chronique, interview

 

 

 

Go to top